Le Germain Hôtel

Blogue Le Germain

Un blogue teinté de charme qui conjugue au pluriel un art de vivre bien singulier.

Gastronomie d’est en ouest
RetourRetour

Partager

Gastronomie d’est en ouest

CHIC / 5 nov. 2019

Par Shelley Cameron-McCarron, Yann Fortier, Mario Carlucci et Shel Zolkewich.

Notre pays regorge de passionnés de bonne chère et la créativité de nos chefs, de Saskatoon à St. John’s, ne cesse d’en épater plus d’un.

St. John’s

Terre Restaurant Prendre racine à St. John’s

Quand le chef Matthew Swift et sa copine Clarah Germain ont visité St. John’s pour la première fois, en 2017, ils sont tombés sous le charme. Ils ont parlé de s’y installer, sans avoir de plan précis en tête. Deux ans plus tard, Swift vient d’ouvrir son propre restaurant en plein cœur de la ville, sur la rue Water. Ce que Terre Restaurant souhaite servir à ses clients ? De quoi bien boire, bien manger et passer un bon moment.

« Ça peut avoir l’air simple, mais c’est important pour moi de me rappeler que c’est ce que je recherche quand je vais au restaurant, et donc ce que je veux offrir », explique Swift, anciennement chez Joe Beef. Le menu de Terre est axé sur le plaisir de partager et sur les produits saisonniers. L’idée ? Faire de Terre un restaurant ancré dans Terre-Neuve et qui y a sa raison d’être, sans pour autant être typiquement terre-neuvien. « Je ne viens pas d’ici, et mon style de cuisine est plus commun à Montréal », affirme Matthew, qui se dit ravi de s’inscrire dans la scène gastronomique de St. John’s.

« Ici, la culture de l’hospitalité est assez unique. J’ai été frappé par le nombre de bons restaurants qu’il y a, pour une ville avec relativement aussi peu d’habitants. » Et l’accueil auquel Terre a eu droit — tant de la part des autres chefs cuisiniers que des gens du coin — fut tout aussi formidable, ajoute-t-il.

terrerestaurant.com

Montréal

Le Boulevardier et Bar Flâneur Deux expériences gastronomiques à découvrir

Désormais partenaire et associé du restaurant Le Boulevardier et du bar lounge Bar Flâneur, Bruno Durand s’impliquait depuis quelques années dans l’expérience culinaire portant l’empreinte de Germain Hôtels. On le retrouve au cœur d’un superbe défi : « C’est le restaurant dont j’ai toujours rêvé, quit relie tous les points de mon expertise et de mes aspirations », dit-il, signalant le soutien et la collaboration constante de Germain Hôtels.

Que retrouverons-nous au menu du Le Boulevardier ? « Il sera inspiré par la cuisine du sud de la France, qui compose une part de mon enfance, tout en lui insufflant une touche créative et moderne. Le restaurant fait notamment place aux fruits de mer, aux poissons et aux tartares, sans négliger les classiques français. Le bar du lobby, en mode bulles et huîtres, est aussi parfait pour le café du matin. »

Quelle expérience souhaitez-vous créer ? « En plus de la clientèle de l’hôtel et des gens d’affaires, nous allons créer une véritable destination gastronomique montréalaise. Nous avons l’équipe de rêve pour y arriver. »

Quelques mots à propos du chef David Pellizzari ? « David a notamment fait sa marque comme chef et copropriétaire du Lili.Co. Dès notre première rencontre, le déclic a été immédiat, d’autant plus qu’il affectionne la cuisine méditerranéenne ! »

Ottawa

Farinella

Pour les propriétaires de Farinella, les frangins Nina et Cesare Agostini, la seule façon de maîtriser les plats qu’ils voulaient servir à Ottawa était de déménager au pays de leurs ancêtres : l’Italie.

Cesare a perfectionné l’art de pétrir chez Roscioli, une institution à Rome, où il est passé d’apprenti à chef boulanger. Quant à Nina, elle a percé le secret de la parfaite crème glacée italienne chez Menchetti, une gelateria de Pérouse dont elle est devenue gérante. Quatre ans plus tard, ils sont retournés au bercail en sachant exactement ce dont leur ville avait besoin : d’une cuisine italienne simple, honnête, rapide et accessible. « Nous faisons uniquement dans le classique et le traditionnel. Nous voulons que ce soit simple, pour que tout le monde s’y retrouve. »

Ici, la simplicité se traduit par de la pizza al taglio. Comme à Rome, faites la queue au bar et commandez à la pointe, suivant votre appétit. « Beaucoup », si vous êtes affamé, « et sinon, juste un peu », précise Cesare. Le concept fait fureur, au point où il a dû embaucher une petite armée de pizzaïolos pour l’aider. Un conseil : si vous apercevez le sandwich à la porchetta servi sur une focaccia, sautez dessus avant qu’il ne disparaisse.

Passez ensuite de l’autre côté pour un gelato. Succomberez-vous aux traditionnelles pistache, stracciatella et fior di latte, ou oserez-vous la version de Nina (fior the love of dough!), parsemée de morceaux de pâte à biscuits ? La maître glacière se réjouit à l’idée de diversifier l’offre de Farinella avec des options pour le petit-déjeuner ainsi que des spécialités associées à Noël, à Pâques et aux rituels de la vie italienne.

Ciao… et surtout, à bientôt !

farinellaeats.com

Saskatoon

Odla De la terre à la table

En suédois, Odla signifie « cultiver la terre ». Pas de doute : les partenaires d’Odla sèment de nouvelles façons de bien manger à Saskatoon.

À la fois restaurant et marché, Odla nous ramène à l’époque où ce qu’on mangeait avait poussé tout près de chez nous. Des aliments frais cultivés par les voisins, sitôt récoltés, sitôt cuisinés — ou mis en conserve pour les saisons à venir.

La plupart des ingrédients au menu proviennent de Farm One Forty, une ferme gérée par Arlie et Brett LaRoche, qui se sont associés au sommelier Lacey Sellinger et au chef Scott Dicks pour lancer Odla. L’idée derrière le concept est simple : célébrer l’abondance de la région et soutenir les producteurs locaux.

Dans ce restaurant au décor rustique et moderne bardé de bois de grange, les clients s’attablent devant des plats concoctés avec des ingrédients cultivés localement, comme des pois chiches, de l’huile de cameline, des champignons, de la moutarde, des amélanches, du miel, des pousses d’épinette sauvage et des baies d’argousier.

Le menu cocktail est fait du même bois, avec des sirops maison — rhubarbe, épinette, miel de lilas… — ainsi que du gin Black Fox Oaked, distillé à Saskatoon.

Du côté du marché, on encourage les clients à créer des repas spectaculaires à partir de fruits et légumes en conserve, de miel en fût et de viande provenant du trou­peau d’animaux élevés en liberté sur la ferme One Forty.

odla.ca

Partager

RetourRetour