Le Germain Hôtel

Blogue Le Germain

Un blogue teinté de charme qui conjugue au pluriel un art de vivre bien singulier.

Quatre questions à Nik Mirus, l’artiste derrière l’œuvre de l’Hôtel Le Germain Montréal
RetourRetour

Partager

Quatre questions à Nik Mirus, l’artiste derrière l’œuvre de l’Hôtel Le Germain Montréal

Rencontre / montreal / 26 juil. 2019

Nik Mirus est l’artiste que Germain Hôtels a choisi pour créer une œuvre originale pour les nouvelles chambres de l’Hôtel Le Germain Montréal. Nous avons eu un coup de cœur pour sa façon de travailler les couleurs, la transparence, les matières. Rencontre avec ce photographe canadien qui a eu la tâche d’ajouter une touche de oumf dans un décor déjà sublime.

Quelles ont été vos inspirations pour cette œuvre?

Avant même de visiter l’hôtel, j’avais commencé des recherches sur les œuvres d’art des années 60. Dans mes recherches, j’ai trouvé beaucoup de formes rondes, d’éléments circulaires. J’ai surtout été inspiré par le design graphique des années 60 : l’idée de mettre des couleurs l’une par-dessus les autres, de jouer avec la transparence. Je me suis tourné vers les œuvres d’art dans le métro, par exemple aux stations Lionel Groulx, Peel, Villa-Maria. [Note : Le métro de Montréal et ses œuvres d’art ont été construites et inaugurées dans les années 60.]

Et puis nous avons visité ensemble le chantier de l’Hôtel Le Germain Montréal pour une première fois, alors que les chambres étaient loin d’être prêtes. Que vous êtes-vous dit lorsque vous êtes sorti de cette visite?

C’était intéressant. J’ai vu tous les éléments de design dans les chambres: les textures, les lignes, le gris, le bois clair, les lumières blanches. J’y ai vu des éléments ronds sur les murs, les meubles. J’ai compris que c’était l’opportunité d’ajouter un élément de couleur dans la chambre, quelque chose de vivant, de l’fun.

Quel a été votre processus de production de l’œuvre?

J’ai commencé par des sketchs et ensuite, j’ai fait des rendus Photoshop. C’est un projet de couleurs. Les possibilités étaient infinies. J’ai fait beaucoup de tests, d’essai-erreur avant de tomber sur une combinaison de couleurs que j’aimais bien. L’œuvre, c’est en fait une photo. J’ai collé des ronds de bois que j’ai coupés et peints moi-même sur une plaque de plexiglas. Ensuite, j’ai pris une photo à exposition lente sur un axe vertical en mouvement afin de créer l’effet de transparence. J’ai beaucoup aimé la technique de ce projet-là, j’espère pouvoir développer ça.

Finalement, pensez-vous que votre style artistique collait parfaitement à ce projet?

Mon travail est à la frontière du design graphique et de la photo. C’est audacieux, minimaliste. Les lignes sont droites, épurées. Chaque élément doit avoir sa raison d’être, pas de superflu. Je ne sors pas beaucoup prendre des photos, je préfère travailler en studio. C’est pour ça que je crois que nous étions un très bon fit.

Partager

RetourRetour