Le Germain Hôtel

Blogue Le Germain

Un blogue teinté de charme qui conjugue au pluriel un art de vivre bien singulier.

5 questions  à... Alexis Jégou
RetourRetour

Partager

Cuisine / charlevoix / 4 juil. 2018

5 questions à... Alexis Jégou

Par Catherine Lefebvre

Natif de l’Abitibi-Témiscamingue, Alexis Jégou, chef exécutif aux restaurants Les Labours et Le Bercail de l’Hôtel et Spa Le Germain Charlevoix profite pleinement de son retour en région, après avoir passé la majorité de sa carrière à Québec.

Quelles sont les plus belles découvertes que vous avez faites depuis votre arrivée à l'Hôtel et Spa Le Germain Charlevoix?

Premièrement, j’ai été accueilli par une équipe passionnée. C’est primordial pour la réussite de mon travail. De plus, j’ai eu le privilège de collaborer avec des collègues qui ont une vision hôtelière différente. Ils ont notamment insisté pour avoir des jardins a même l’hôtel et pour tisser des liens étroits avec les producteurs de la région. J’ai d’ailleurs eu le plaisir de me rapprocher d’un terroir riche et diversifié.

De quelles façons aimeriez-vous favoriser davantage les produits locaux et la saisonnalité?

J’aimerais vraiment maximiser l’utilisation de nos jardins. J’aimerais aussi mettre nos récoltes en évidence sur nos cartes, de manière à ce qu’elles soient les vedettes du plat. Au-delà de nos jardins et de notre bassecour, il m’apparait tout à fait indiqué d’inscrire la provenance des ingrédients que nous utilisons le plus souvent possible. Cela fait non seulement découvrir les producteurs de la région à nos clients, mais cela leur rend aussi hommage en quelque sorte.

Que se passe-t-il dans les jardins de l'hôtel cette année? Et comment transformez-vous les récoltes?

Tout est bien parti dans nos jardins cette année et mère Nature est de notre côté. Nous avons une belle production de micropousses (germinations) et d’ail de qualité. Au fil des récoltes, la plupart des légumes et des fruits se retrouve au menu des convives de nos restaurants que lorsqu’ils sont au sommet de leur maturité et de leur fraîcheur. Quant à la conservation, certains de nos légumes sont lactofermentés, d’autres marinés ou transformés en purée ou en pesto. Rien ne se perd!

Quels sont les avantages de travailler en région plutôt qu'en ville?

Il y a plusieurs avantages à travailler en région, ne serait-ce que pour la proximité avec la nature et les activités comme le ski, la pêche, le vélo. Puis, les paysages sont à couper le souffle, autant au bord du fleuve que dans le bois. Par-dessus tout, il n’y a pas le trafic ni le stress de la grande ville!

Quelle est votre vision pour la cuisine des Labours et du Bercail pour les années à venir?

Je veux continuer à créer de nouveaux plats avec mes équipes et à développer de nouvelles techniques de cuisson et de conservation, afin de maximiser les produits d’ici. C’est notre façon d’offrir une expérience unique à Charlevoix.

Partager

RetourRetour